Le président de la CCSS défend une « gratuité » des hommes d’affaires de la CPLP au niveau communautaire

Praia, 5 mai (Inforpress) – Le président de la Chambre de commerce et des services de Sotavento (CCSS), Marco Rodrigues, soutient qu’il doit effectivement avoir une « libre circulation » des entrepreneurs de la Communauté des pays de langue portugaise (CPLP) au niveau de l’organisation intercontinentale.

“Qu’ils aient des visas que longue durée afin de pouvoir se déplacer en Europe sans problèmes majeurs », s’est défendu le dirigeant du CCSS, qui a exprimé son mécontentement face à la situation car les hommes d’affaires de la CPLP sont passés par là, quand ils ont besoin de visas, par exemple, pour le Portugal.

S’adressant à la Rádio de Cabo Verde (RCV), il a admis que les principaux fournisseurs des marchés des pays africains de langue portugaise sont situés au Portugal, ajoutant que les entrepreneurs portugais n’ont pas de difficultés à se déplacer dans ces espaces, mais le contraire est “grave” et extrêmement complexe”.

Cependant, Marcos Rodrigues préfère parler des difficultés découlant des engagements que le Portugal a par rapport à l’espace Schengen, dont il est membre , au lieu de croire à la négligence des autorités portugaises.

LC/CP/AST

Inforpress

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
  • Galeria de Fotos