CEDEAO/Mali: les chefs d’État appellent les parties au conflit à respecter la Constitution de la République

Praia, 28 juil (Inforpress) – Les chefs d’État et de gouvernement de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) ont appelé lundi les parties impliquées dans la crise politique au Mali à respecter la Constitution de la République, en particulier les modalités accès au pouvoir.

Il s’agit, entre autres recommandations, contenues dans la déclaration de la Conférence extraordinaire des chefs d’État et de gouvernement de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), qui a eu lieu aujourd’hui par vidéoconférence, pour analyser la situation de la crise politique au Mali.

À l’issue de la réunion, qui a duré plus de trois heures, le président de la République de Cabo Verde, Jorge Carlos Fonseca, a commencé par expliquer que la crise est survenue après les dernières élections législatives au Mali, au cours desquelles environ 31 députés rejetés aux urnes, leurs mandats respectifs ont été reconnus par la Cour constitutionnelle (TC), dont le président de l’Assemblée nationale.

Au vu de l’invalidation électorale du TC, le mouvement d’opposition, dénommé M5RFP, a contesté les résultats, et a demandé la démission du Président de la République du Mali, Ibrahim Boubacar Keïta, la dissolution de l’Assemblée nationale, et l’arrêt des fonctions de la Cour Constitutionnel, recommandant sur une nouvelle base d’établir une nouvelle transition.

AV/JMV/AST

Inforpress

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
[wd_asp elements='search' ratio='100%' id=2]
    • Categorias

  • Galeria de Fotos