Le secrétaire général du PAICV dit que l’année politique «n’a pas été bon pour le pays», citant «une régression» de la démocratie

 

Praia, 08 août (Inforpress) – Le Secrétaire général de PAICV a déclaré lundi que l’année politique « n’a pas été bon pour le pays », citant « une régression » dans la démocratie «même dans la maison  Parlementaire, » où, selon Julião Varela, il y avait une tentative de « d’imposer des conditions et faire taire l’opposition».

« Les règles de l’Assemblée ont été violés et les lois de la République, il a été retiré de manière incorrecte et à plusieurs reprises la paroles aux députés, ils ont été fait des menaces même de l’illégalité du parti (PAICV) par les membres les plus enthousiastes d’une démocratie avec une seule voix », a déclaré le chef du Parti africain pour l’indépendance de Cabo Verde, dans l’opposition, lors d’une conférence de presse pour le bilan de l’année politique.

Selon Julião Varela, au cours de l’année, « à la honte de tout, il a été faut l’acte le plus grave pour empêcher, par la force et la liberté de toutes les lois du pays, la mise en place obligatoire d’une commission parlementaire d’enquête (CPI)».

«Il est de noter qu’il s’agissait d’une CPI format obligatoire, qui n’a pas été soumis à la volonté de la majorité, en se fondant sur la force des voix de la majorité parlementaire », a déclaré le chef du « PAICV», se référant à l’affaire TACV-Cabo Verde Airlines, qui depuis le 1er août a  arrêté les  vols entre  les îles du pays, laissant maintenant un place a Binter-CV, comme le nouveau transporteur aérien national.

LC/FP/AST

Inforpress

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
  • Galeria de Fotos